Messagerie | Contact




Campagne de lutte contre les fistules Obstétricales en Afrique centrale :

Appui de l’OCEAC à la prise en charge des cas, étape du Cameroun

Dans le cadre de La mise en œuvre du projet de lutte contre les fistules obstétricales en Afrique centrale, l’OCEAC entreprend une mission circulaire dans les six pays membres de la CEMAC par l’entremise de son unité opérationnelle, le Centre Inter-Etat d’Enseignement Supérieur en Santé Publique d’Afrique centrale (CIESPAC). Il s’agit ici, du fruit de la coopération entre l’OCEA/CIESPAC et Geneva Fondation for Medical Education and Reseaech (GFMER). Ledit projet a pour but de contribuer à l’amélioration du bien-être des populations de la sous-région à travers la formation des professionnels de santé (théorie), couplée à la prise en charge adéquate des cas (pratique).

La première étape du projet a démarré par le Cameroun le, 25 février 2019 par deux jours de formations des professionnels en gynéco-obstétriques venant des grands centres hospitaliers de Yaoundé, des médecins en spécialisation à la faculté de Médecine, et du personnel du CHU-Yaoundé. Le plateau technique mis à la disposition dudit projet est celui du CHU avec deux blocs prêts pour la chirurgie.

Placée sous le patronage du Ministre de la santé Publique du Cameroun, la cérémonie de lancement a eu lieu dans la salle de Conférence du CHU, le lundi 25 février 2019. A cette occasion, le Ministre a été Représenté par son Conseiller technique, le Pr Samuel Kingué. Un rendez-vous couronné par la présence des partenaires clés, notamment, Les organisations onusiennes, la Commission de la CEMAC, les représentants des Ministères de la Promotion de la femme et de la famille, des Affaires Sociale et de l’Enseignement Supérieur.

Deux interventions ont précédé le discours d’ouverture du Ministre de la santé à savoir : le mot de bienvenu du Directeur du CHU et l’allocution descriptive du projet déroulée par le Secrétaire Exécutif de l’OCEAC, Dr Manuel-Nso OBIANG ADA.

Après avoir remercié tous les partenaires pour leur implication dans la mise en chantier dudit projet, le Secrétaire Exécutif a remercié particulièrement, le Ministre de la santé pour avoir accepté d’assurer le patronage de cette campagne et présider la cérémonie de lancement officiel des travaux, et la Direction du CHU pour le plateau technique mis à la disposition du projet. En qualité de médecin de santé publique à la tête d’une Institution sous régionale de santé, c’est avec beaucoup d’émotion qu’il prenait la parole à cet effet, en tenant compte du degré de stigmatisation subi par les victimes à l’orée de la journée internationale de la femme où le sourire serait au bout des lèvres de toutes les femmes.

De façon technique, le Secrétaire Exécutif a déroulé les causes et les symptômes de cette pathologie, une manière d’éclairer le public profane venu à cette occasion (malades, parents des malades, les hommes de medias et bien d’autres). En outre, sur le plan mondial, les zone les plus touchées sont l’Afrique, le Proche –Orient et l’Asie, pour une incidence de 33 à 200 cas/100 000 accouchements, soit 50 000 à 100 000 des nouveaux cas chaque année. Pour cette étape du Cameroun, l’agenda prévoit deux jours de formations pour 38 professionnels dont 04 médecins spécialistes, 10 en cours de spécialisation, 22 infirmiers et 02 professionnels psycho-sociaux et 5 jours de chirurgie de prise en charge de 20 cas sélectionnés dans les 10 régions du Cameroun. On note dans cette activité, l’invitation d’un gynécologue et d’une anesthésiste de la Guinée Equatoriale, venus pour se préparer à accueillir la prochaine étape en Guinée Equatoriale. Les travaux (théoriques et pratiques) qui démarrent ce 25 février prendront fin le mardi 5 mars 2019.

Commentaires des visiteurs (0)

Nous écrire

 



Scientifiques & Chercheurs

Saisir votre login et votre mot de passe.

Digital Newsletter

Si mot de passe oublié... cliquez ici ».