Messagerie | Contact




L’Afrique Centrale (zone CEMAC) se dotera bientôt d’un Plan Stratégique sous régional de lutte contre le VIH/sida, la Tuberculose et les Hépatites pour la période 2019-2023

A l’initiative de l’Organisation de Coordination pour la lutte contre les Endémies en Afrique Centrale (OCEAC),avec l’appui technique et financier de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), il vient de se tenir les 11, 12 et 13 juin 2019, au siège de l’Institution à Yaoundé, un atelier technique de validation du projet de Plan Stratégique sous régional de lutte contre le VIH/sida, la Tuberculose et les Hépatites pour une durée de 5 ans (2019-2023). Cette rencontre qui réunissait les experts nationaux des six pays de la CEMAC en ces trois pathologies, les partenaires techniques et financiers de l’OCEAC ont durant ces trois jours, convenus d’une mouture à soumettre à une adoption par les Ministres de la Santé desdits pays dans les prochains jours.

Placée sous le patronage du Ministre en charge de la Santé Publique du Cameroun, la cérémonie d’ouverture était présidée par le Ministre, Secrétaire d’Etat, auprès du Ministre de la santé publique du Cameroun, Chargé des épidémies et des pandémies. Autour du Monsieur le Ministre, le Secrétaire Exécutif de l’OCEAC, l’OMS, l’ONUSIDA et le HCR, la CEBEVHIRA et d’autres partenaires.

Prenant la parole pour son mot de bienvenu, le Secrétaire Exécutif de l’OCEAC, Dr Manuel Nso Obiang Ada a tenu d’abord à remercier Monsieur le Ministre pour avoir présidé la cérémonie d’ouverture solennelle des travaux, par la suite l’OMS pour son appui technique et financier et les autres partenaires pour leur implication technique. D’après le Dr Manuel Nso Obiang Ada, la situation de ces trois pathologies demeure encore un problème de santé publique dans l’espace CEMAC, malgré quelques progrès faites par la république du Tchad où le taux de prévalence est en baisse depuis 2004 et élevé dans les autres pays. Ces tendances restent préoccupantes pour l’atteinte des objectifs globaux des 90 90 90 dont l’échéance de 2020 est proche. Très préoccupante en milieu jeune et chez la femme, la couverture des services de soins restent insuffisantes en matière du VIH/Sida. Aussi, il a fait savoir que la baisse de la mortalité liée au VIH, induit par la prise des médicaments, est remise en cause par la hausse de la mortalité et de la morbidité associées à d’autres maladies telles que la tuberculose et l’hépatite virale. Ce qui est un obstacle pour le développement humain en zone CEMAC.

Un rappel a été fait sur la mise en œuvre des plans stratégiques 2006-2010 et 2011-2017 de l’OCEAC en matière du de lutte contre le VIH, avec des avancées significatives pour l’atteinte des ODD. Enfin, il a fait comprendre à son auditoire que le nouveau plan stratégique est décliné en 4 axes à savoir : la prévention et le dépistage de ces trois pathologies, la mise ne place d’un dispositif d’achat des produits de prévention et de lutte, la gouvernance, la coordination et information stratégique et la mobilisation des ressources.

Prenant la parole pour son discours d’ouverture, après avoir salué l’initiative de l’OCEAC dans ce processus d’élaboration d’un plan stratégique sous régional de lutte contre ces trois pathologies, un clin d’œil a été fait à l’endroit des partenaires impliqués et aux participants, Monsieur le Ministre a souligné les faiblesses observées dans cette lutte dans la sous-région, malgré les efforts consentis. Par la suite, a été précisé que les prévalences observées dans certains pays de la sous-région laisse entrevoir un relâchement dans la prévention. Par contre, la stigmatisation et la discrimination continue d’être le maillon faible de la lutte limitant ainsi l’accès aux soins de santé à certaines couches de la population sans oublier les co-infections. Pour clore son propos, il a demandé aux experts de faire preuve de leur maturité afin de produire un document de qualité à soumettre pour adoption par les Instances supérieures.

Au terme des travaux en atelier et après des échanges fructueux, le document soumis à leur examen a été validé. Il sera transmis à l’initiateur dudit projet pour la transmission à l’adoption par les Instances supérieures. Ainsi, les participants ont formulé les recommandations à l’endroit de l’OCEAC et au pays.

A l’endroit de l’OCEAC :

Renforcer la communication interne mais aussi externe entre les pays ; rapidement mettre en place les points focaux OCEAC et définir un cahier de charges clair et précis de leur attributions; améliorer le niveau d’implication de la société civile dans la recherche ; renforcer la communication entre les différents programmes de l’OCEAC et les organisations de la société civile ; promouvoir des revues annuelles conjointes de la mise en œuvre des trois programmes et inscrire les financements du plan stratégique sous régional de lutte contre le VIH, la tuberculose et des hépatites (2019-2023) dans le programme économique régional (PER).

A l’endroit des Etats :

Désagréger les données recueillies pour une meilleure prise en compte des adolescents et jeunes ; promouvoir la prise en compte du genre et des droits humains pour améliorer l’accès à la santé de toutes les catégories sociales.

Commentaires des visiteurs (0)

Nous écrire

 



Scientifiques & Chercheurs

Saisir votre login et votre mot de passe.

Digital Newsletter

Si mot de passe oubli... cliquez ici ».